Comment congédier un employé dans les règles de l’art

Tout employeur redoute le moment où il devra procéder au congédiement d’un employé. Dans ces circonstances, il importe d’agir avec professionnalisme et de respecter la dignité de la personne. Voici quelques conseils qui pourraient vous permettre d’intervenir avec doigté à l’heure d’annoncer la mauvaise nouvelle et, ainsi, demeurer un employeur de choix.

Étape primordiale : la préparation de votre rencontre

La perte d’un emploi a souvent l’effet d’une bombe. Un licenciement affecte une personne sur le plan professionnel, mais également dans les sphères psychologique, personnelle et familiale. Par conséquent, rien ne doit être négligé lors de la préparation de votre rencontre avec l’employé.

  1. Assurez-vous de maîtriser le contenu des points que vous souhaitez aborder.
  2. Envisagez les questions qui pourraient vous être posées et leurs réponses.
  3. Préparez et remettez à l’employé tous les documents pertinents lors de l’entretien : lettre de congédiement, entente de départ et d’indemnité, informations sur les avantages sociaux et le régime de retraite, ressources disponibles pour un soutien psychologique et professionnel, etc.
  4. Il est préférable de tenir la rencontre en début de semaine et à la fin de la journée de travail. Elle doit se dérouler dans un endroit neutre et discret.
  5. Une fois la rencontre terminée, assurez-vous que l’employé pourra quitter vos bureaux sans avoir à croiser ses collègues. Cependant, selon la situation, et le souhait de la personne, le fait de lui permettre de récupérer ses effets personnels et de saluer ses collègues peut être bénéfique.

Tout est dans la manière de rompre le lien d’emploi

Ensuite, tout est dans la manière de dire les choses! Bref, la règle d’or est de respecter la dignité de la personne.

Soyez clair sur les motifs de votre décision afin d’éviter que la personne ne quitte vos bureaux avec de fausses croyances ou une interprétation erronée de la situation.

Ne vous éternisez pas en explications et en justifications. Une rencontre de quelques minutes suffit. De toute manière, une fois le verdict tombé, l’employé a besoin de temps pour absorber la nouvelle et il n’est plus disposé à écouter vos propos.

En ce sens, offrez-lui quelques jours pour prendre connaissance de l’information que vous lui avez transmise par écrit et donnez-lui la possibilité de vous contacter pour en discuter. Sans être trop amical, faites preuve d’empathie et de respect envers l’employé. Le but, ici, est d’humaniser la rencontre.

Demeurez attentif aux réactions possibles ainsi qu’au besoin de soutien psychologique et professionnel.

Offrir une transition professionnelle en douceur

Distinguez-vous! Dans un marché du travail où l’attraction et la fidélisation des employés sont un défi constant, offrir un soutien en matière de transition professionnelle et d’aide à la recherche d’emploi est une façon de se démarquer et de demeurer un employeur convoité. Ces services peuvent permettre à la personne congédiée de se reprendre en main et de surmonter plus aisément cette épreuve :

  • Accompagnement afin de retrouver une attitude positive et de se mettre en valeur ;
  • Exploration des possibilités professionnelles et des employeurs potentiels ;
  • Rédaction du curriculum vitæ, de la lettre de présentation et de la carte professionnelle ;
  • Optimisation des stratégies de recherche d’emploi ;
  • Préparation et simulation d’entrevue d’embauche, notamment pour expliquer les motifs de la fin d’emploi à un éventuel employeur ;
  • Utilisation stratégique d’Internet et des réseaux sociaux dans la recherche d’emploi.

En conclusion, l’important est de gérer votre personnel dans les règles de l’art,
et ce, du début jusqu’à la toute fin!

 

Karine Boutin
Conseillère en emploi