Perdre son emploi en raison de la COVID-19 : comment garder la tête haute?

Depuis mars dernier, nos réalités personnelles et professionnelles ont changé de diverses façons amenant son lot d’émotions normales. Des mises à pied temporaires, il y en a eu. Avec le déconfinement cet été, certains ont pu retourner chez leur employeur alors que d’autres non.

Depuis la fin septembre, avec l’annonce de la zone rouge pour les régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches, on peut penser qu’il y aura d’autres mises à pied temporaires. Plusieurs secteurs sont grandement touchés et le contexte amène des difficultés importantes tant pour les entreprises que pour les travailleurs et chercheurs d’emploi.

 

Comment réagir à une mise à pied temporaire ou définitive?

En bonne conseillère en emploi, c’est certain que je vous dirais avec professionnalisme! Quoi d’autre?

Cependant, étant aussi une humaine qui vit des émotions rattachées au contexte, j’ai le goût de dire : faire son possible et faire de son mieux!  Il est normal de vivre du stress, de la frustration, de l’incertitude et beaucoup d’impuissance dans cette situation plus que particulière. En ce moment, ce n’est ni simple pour les employeurs ni pour les travailleurs ou les chercheurs d’emploi. Tout de même, voici quelques conseils pour partir la tête haute.

 

Restez professionnel et évitez les réactions fortes

Il est essentiel de vous rappeler que la situation n’est pas facile pour vous, mais qu’elle est aussi difficile pour votre employeur qui aurait probablement préféré ne pas avoir à prendre cette décision.

Que ce soit de vive voix lors de l’annonce ou par la suite sur les médias sociaux, pensez-y avant de dire ou de faire quoi que ce soit qui pourrait laisser une mauvaise impression à votre patron. En effet, votre employeur pensait peut-être vous rappeler plus tard lorsque la situation se serait stabilisée. Ne le faites pas douter avec une réaction trop impulsive ou négative. Même dans l’éventualité où le congédiement est définitif, vous devrez peut-être donner ses coordonnées pour des références à un futur employeur. C’est pourquoi il faut garder en tête de maintenir une bonne relation, malgré les émotions et le stress que peut générer l’annonce. Tâchez de laisser un souvenir positif derrière vous.

 

Voici quelques conseils pour dégager une attitude professionnelle malgré tout : 

  • Au moment de l’annonce, restez à l’écoute en laissant l’employeur vous expliquer la situation.
  • Vérifiez les objectifs à moyen terme de l’employeur et validez s’il est possible de vous réintégrer plus tard au sein de l’entreprise.
  • Vérifiez l’ouverture de votre employeur à ce que vous fassiez un suivi avec lui pour rester au courant des possibilités futures.
  • Si la mise à pied est définitive, demandez une lettre de recommandation.
  • Soyez attentif à vos émotions et prenez le temps de les nommer calmement. Si vous sentez que la colère prend toute la place, il est préférable de la nommer adéquatement (« je suis en colère ») plutôt que de laisser la place aux comportements (crier, etc.) et aux phrases négatives (insultes ou mots que vous pourriez regretter).

 

 

Comment rebondir? Est-ce possible de transformer cette contrainte en opportunité?

Si vous viviez déjà des insatisfactions ou des irritants au travail, une mise à pied temporaire peut devenir un moment propice pour vous demander si vous souhaitez apporter des changements dans votre carrière. Si c’est le cas, posez-vous quelques questions :

  • Est-ce que j’aime la nature de mon travail? Est-ce que je me réalise?
  • Qu’est-ce que j’aime dans mon travail? Qu’est-ce que je n’aime pas?
  • Est-ce que je suis bien dans mon milieu de travail? Est-ce un milieu toxique?
  • Est-ce que j’ai du pouvoir pour changer certains éléments me concernant?

Après réflexion, vous prendrez peut-être la décision de changer d’emploi ou même de secteur. Dans l’éventualité où vous décidez de changer d’emploi, prenez le temps de préparer votre recherche d’emploi.

  1. Définir votre cible
  2. Préparer vos outils (CV, profils LinkedIn et Jobillico, etc.)
  3. Trouver les meilleures stratégies pour votre contexte
  4. Décider ce que vous voulez et ce que vous ne voulez plus vivre en emploi

 

Vous voulez changer de secteur d’activité? La réflexion sera plus complexe, mais elle est nécessaire pour :

  • Identifier vos compétences
  • Déterminer celles qui sont transférables

Une bonne réflexion vous évitera peut-être un retour aux études, qui sait!

 

 De façon plus générale, cette « pause forcée » est un moment idéal pour assurer vos arrières pour l’avenir en élargissant votre réseau de contacts et en perfectionnant certaines compétences. C’est aussi une occasion de faire ce que l’on a rarement le temps de faire : se reposer. Alors, si c’est accessible pour vous, profitez-en quand même un peu!

 

Est-ce un bon moment pour rechercher un emploi?

C’est ce qu’un participant m’a demandé récemment. Comme professionnelle, je me tiens informée en ce qui concerne les secteurs et les entreprises où l’emploi est plus favorable, mais je ne peux malheureusement pas prédire l’avenir.

Une chose que je peux dire, c’est qu’il y a bien des entreprises qui ont des besoins et qui embauchent actuellement. Pour certaines, la pandémie a eu des effets positifs (développement de nouveaux produits, de nouveaux secteurs, de nouveaux marchés ou de nouvelles technologies). Alors que pour d’autres, il est plus difficile de s’adapter au contexte, que ce soit par un manque de moyens, de fonds ou de ressources.

 

Trouver du soutien

En ce moment, trouver un emploi c’est possible, mais la patience est peut-être de mise. Dans certains cas, les processus d’embauche sont différents et donc plus longs qu’à l’habitude. C’est pourquoi il est important de ne pas le prendre contre soi et de ne pas se décourager. Peu importe votre situation, vous avez la possibilité d’être accompagné et de bénéficier de services professionnels d’organismes d’aide à l’emploi.

Pour trouver un organisme d’aide à l’emploi près de chez vous, consultez le répertoire Trouve Ton X.

 

Julie Gosselin
Conseillère en emploi